Journées d'étude "Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques"

Journées d'étude "Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques"

- Jour 1 : de 14h à 18h / Jour 2 : de 8h30 à 16h

Université Jean Monnet
Hall de la Maison de l'Université
Salle 003 - Rez-de-chaussée
10 rue Tréfilerie
42023 Saint-Etienne cedex 2

A la question de savoir si le droit est une science, Rudolf von Jhering répond que la connaissance scientifique du droit passe non seulement par une technique du droit positif, mais aussi par une culture du droit positif – laquelle culture s’acquiert par la combinaison d’une triple approche : philosophique, historique et dogmatique ("La Lutte pour le droit", 1872).

L’étude du droit est encore trop souvent réduite à la dimension technique qui ferait la spécificité d’un discours juridique véhiculé dans des textes dont on ne pense par ailleurs ni les modalités de leur production, ni celles de leur diffusion et de leur réception ; et de répondre à ceux qui s’étonnent de cette focale réduite que tout le reste « n’est pas du droit ». Le droit est pourtant véhiculé par un ensemble de discours qui mobilisent chacun une multitude de valeurs et de savoirs, dont la réunion donne sens (et éventuellement cohérence) aux activités des différents professionnels du droit. Dans la perception et l’analyse de ces activités, la notion de culture apparaît comme étant dotée d’une forte valeur heuristique, en ce qu’elle permet de penser le juriste dans sa diversité autant que dans son unité. Mais de même que le droit n’est pas la résultante de forces impersonnelles, il n’est pas non plus l’expression d’une culture monolithique ; c’est un aspect important de ce que le Courant critique du droit s’attachait à démontrer dans les années 1970-80.

En définitive, l’interrogation sur les approches culturelles des savoirs juridiques part du principe que si toute culture s’élabore dans les discours et les pratiques à travers lesquels une communauté vit et réfléchit son rapport au monde (donc aux autres et à elle-même), elle doit pouvoir être déconstruite et analysée. Autour de la notion de culture(s) juridique(s), saisie autant comme objet d’étude que pour son utilité méthodologique, il s’agira de réfléchir collectivement à la manière dont le groupe des juristes (praticiens et professeurs, tous professionnels du droit) a élaboré dans le temps son intelligence des situations, comment il a formulé ses objectifs, comment il se perçoit et perçoit les autres, mais aussi comment sa vision du monde a borné et organisé le champ de l’action de ses membres.

 

Programme à venir prochainement...

 

Contacts

Anne-Sophie CHAMBOST
anne.sophie.chambost @ univ-st-etienne.fr